Se connecter

Nermine Jordan, Atelier Sakr

Nermine Jordan, Atelier Sakr

  • Quel est ton prénom, ton commerce, ton entreprise ?
    Nermine, cheffe d’entreprise à l’Atelier de bijouterie/joaillerie Atelier Sakr
  • Comment as-tu vécu personnellement, professionnellement ces 15 derniers jours ?
    Beaucoup d’angoisses les 1ers jours, liées à l’activité et aussi à l’enfermement. Finalement, je me suis habituée, et c’est l’occasion pour moi de m’essayer à des nouveautés culinaires à défaut de pouvoir fabriquer des bijoux.
  • Comment comptes-tu vivre les jours qui vont suivre ?
    Avec mon fils et mon mari, du rosé, un jeu de cartes, internet pour les devoirs de mon fils, les réseaux sociaux pour avoir l’impression d’avoir une vie sociale, du thé, des sorties autour de la maison pour ma santé physique et mentale, et la TV pour m’endormir devant le soir.
  • Professionnellement, quelles dispositions as-tu dû prendre dés le confinement ?
    Je suis encore en micro entreprise, j’ai la chance de pouvoir bénéficier de pôle emploi entièrement pour la 1e fois, je suis moins embêtée que d’autres. Par contre, branle bas de combat avec mes fournisseurs (tous fermés) et mes clients dont le mariage approchait… et qui ont dû tout annuler. Il a fallu les rassurer et je comprends leur désarroi, parfois leurs grosses pertes financières (acomptes encaissés).
  • As-tu dû mettre en place un service particulier pour « entretenir » tes prestations ?
    Étant au chômage technique et faisant du sur mesure, tous les rdv ayant lieu durant la période du confinement sont annulés.
  • Comment sens-tu la relance dans ton activité, comment la prépares-tu ? ( commande nouvelles collections, réapprovisionnement, relance des chantiers )
    Je vais avoir un peu de retard pour les commandes non « urgentes » pour accélérer la fabrication des alliances des futurs mariés.
  • Comment occupes-tu tes journées ?
    On fait l’école à la maison, beaucoup de cuisine maison, je me mets à jour sur l’administratif de l’atelier, du rosé pour l’apero, un peu de musique, un peu d’ennui, un peu de tv et de réseaux sociaux.
    Heureusement, les copains sont là pour s’écrire des bêtises dans la journée ! ( LAMA )
  • Quelles leçons perso et professionnelles vas-tu garder de ces moments ?
    Sur le plan pro : ne jamais s’emballer. Ce n’est pas parce qu’on a beaucoup de travail qu’on est à l’abri d’une pandémie.
    Sur le plan personnel : on ne peut pas tout maîtriser. J’espère réussir à ne plus trop mettre les pieds dans un supermarché au profit des producteurs locaux. Nous avons la chance d’en avoir beaucoup autour de nous. Et vivre plus simplement qu’avant.
  • Quelle est LE geste de solidarité qui t’a le plus marqué ?
    Je vois tous les jours, dans mon village, les enfants, les neveux, les voisins des « anciens » leur apporter des repas, du pain, des médicaments, venir pour entretenir leurs poules et autres bêtes… Je suis heureuse de voir qu’on ne les oublie pas.
  • Penses-tu que nous sommes à l’aube d’une nouvelle génération de consommateurs, de mode de vie ?
    À défaut d’une prise de conscience politique, je suis persuadée qu’à échelle individuelle la situation confortera ou finira de convaincre beaucoup de consommateurs d’adopter un mode de vie plus sain, plus local et de meilleure qualité, et plus simple.
  • Un dernier message pour tes clients, lecteurs de Com’Art ?
    Je voudrais témoigner toute ma sympathie à mes clients qui ont été très compréhensifs lorsque je leur ai annoncé mon blocage technique. Pour ceux qui ont dû décaler la date du plus beau jour de leur vie, leur mariage n’en sera que plus beau. Pour les lecteurs de Com’Art : prenez soin de vous et de vos proches.

 

https://www.facebook.com/ateliersakr/

Atelier Sakr

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *